Avec vous depuis plus de 45 ans

Une Université Régionale de la Santé au Saguenay

Avant mon expérience à la maison de Laurette et Marcel Boivin, je n’étais jamais parvenu à pratiquer le jeûne durant une journée complète.

Même dans l’atmosphère religieuse de notre enfance, après la retraite fermée annuelle suivie dans l’odeur du repentir et des bonnes résolutions que semait l’inspiration du carême, la privation de nourriture terrifiait. Supprimer des repas, c’était, dans la mentalité de l’époque, lancer une invitation à la maladie… et même risquer la mort.

C’est plutôt l’abus des aliments qui conduit à l’embonpoint et ouvre la porte aux virus et à tous les malaises. Et chez plusieurs individus, il provoque prématurément la mort.

C’est à la Clinique de Jeûne de Chicoutimi que j’ai vraiment pu vérifier les vertus de l’abstinence totale. Après trois jours de descente alimentaire, mon organisme s’est satisfait quotidiennement d’un ou de deux verres d’eau durant dix jours. Puis je me suis tranquillement réhabitué au régime de deux repas quotidiens, après avoir décidé de sauter définitivement le petit déjeuner.

Durant ma dizaine de jeûne, je n’ai vraiment pas ressenti de faim atroce. On m’avait recommandé le repos complet. J’avais apporté livres et documents. Je n’en ai pas lu la première ligne. Mes occupations se résumèrent à l’écoute de la radio et à l’assistance aux conférences données dans la salle commune.

« Le meilleur médecin, c’est votre organisme »

Durant les premières nuits, j’ai mal dormi. L’organisme, ai-je compris, profitait du sommeil pour puiser dans les réserves de graisse, le carburant nécessaire au bon fonctionnement des organes vitaux.

Les élancements qui se produisaient dans les cuisses et autres parties où la nature avait stocké les abondants surplus, me tiraient subitement de ma somnolence. Après quatre ou cinq jours, mon horloge biologique prit définitivement la commande et me permit de plonger profondément dans un sommeil réparateur.

Sans souffrir, j’ai perdu une dizaine de kilos et j’ai refait mes forces. Mais ce que je conserve le plus précieusement dans le grenier de mes souvenirs comme des bienfaits d’une inestimable valeur, ce sont les enseignements prodigués par le coupe Boivin et ses collaborateurs.

Il est vrai que le médecin le plus efficace se trouve dans chacun de nous. Il suffit de permettre à notre système nerveux central – sorte de générateur d’énergie humaine – d’axer tous ses efforts à la rénovation de l’organisme. Pour qu’il puisse accomplir cette tâche essentielle, il faut le libérer durant plusieurs jours des multiples devoirs d’une vie active, dont la digestion des aliments et les travaux d’un emploi régulier.

Il faut aussi apprendre à bien harmoniser les éléments de la nourriture. Vous comprendrez facilement pourquoi, par exemple, une savoureuse salade de fruits peut s’avérer nocive lorsque vous la déguster après avoir ingurgité un steak bien garni.

« La pratique des combinaisons alimentaires », un guide publié par JCL, peut vous éviter bien des maux d’estomac. Mais si vous en avez l’occasion, renseignez-vous directement auprès de l’auteure, Laurette boivin. Vous découvrirez alors les joies et les bienfaits d’une saine alimentation.

Si vous faites un séjour à la Clinique de Jeûne de Chicoutimi, vous constaterez que cette jeune institution joue en vérité le rôle d’une Université Régionale de la Santé.

Bertrand Tremblay

Éditorialiste du Journal Le Quotidien

Vous avez des questions ou vous souhaitez discuter

Nous sommes là pour vous aider.

(819) 816-6292 Contactez-nous Messenger

Clients satisfaits

Je dois dire que dans ma vie trépidante, mon corps a longtemps été le grand oublié! C’est la maladie qui m’a forcée d’apprendre les limites et besoins de mon corps. La maladie ou le « mal a dit », a été porteur d’un message vital : un appel criant à redonner à mon corps ses lettres de noblesse.

Cathia Leduc

Des vacances de rêve… Je me suis retrouvée avec une énergie physique et intellectuelle incomparable avant mon arrivée. Mais la situation la plus particulière, c’est d’avoir retrouvé une acuité intellectuelle que je ne me connaissais pas, une confiance en moi et une joie de vivre indescriptible.

Denise Nault

Voir tous les témoignages